Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

abécédaire des mots imposés

Pour l’abécédaire des mots imposés chez Violette un clic sur le logo

zigomar, zéro, zygomatiques, zinzin, zizanie.

File:Vestal.JPG

Photo prise sur le net ici

Claudine qui ne veut pas que son mari sème la zizanie en stigmatisant la xénophilie proche du zéro  de Xavier intervient de suite :

“ Dis donc mon zigomar, où as tu donc appris à parler wallon , j’ai bien cru que tu devenais complètement zinzin tout à l’heure quand tu me débitais des insultes   ? ”

Charles reste muet ,  alors pour détendre l’atmosphère plutôt glaciale entre les deux hommes et booster les zygomatiques elle les interpelle :

“ Vous n’allez peut être  pas me croire mais j’en ai une bien bonne à vous  raconter . Hier, j’étais en compagnie d ‘Henrietta, mais si une ancienne copine d’école .Depuis le temps qu’elle me parlait de ces après – midis relaxantes, j’ai fini par accepter.

Nous voilà donc  dans une sorte de grand amphi où se trouvent déjà une bonne vingtaine d’hommes et de femmes de tous âges . Au bout de quelques minutes une personne s’approche de nous et nous demande de prendre un objet dans un sac en toile de jute. Je tombe sur une espèce de vis cruciforme . Intriguée, j’interroge du regard mon amie qui laisse planer le mystère en mettant un doigt sur sa bouche . S’approche alors de moi, un quadragénaire à la chevelure frisée qui me tend la même vis et me montre une porte en bas de l’amphi.  Quand je me retourne pour demander à Henrietta des explications, je la vois descendre   avec un autre homme tout en me faisant signe de la suivre . Arrivée devant la porte, je m’aperçois que le monsieur à la vis est toujours derrière moi, mais cette fois  il n’a plus la vis dans la main mais un canard en bois , le genre qui sert à attirer les colverts sur les étangs . Aussitôt la porte s’ouvre et nous voilà propulsés dans un univers absolument hallucinant. Un long couloir donnant sur de petites salles aux rideaux immaculés nous accueille. Blanc, tout est blanc. Les femmes ont troqué leurs habits pour des parures vaporeuses de vestales  et déambulent d’un box à l’autre, les hommes portent des  toges  de la même couleur . Mais où ai – je donc mis les pieds, et bien sur Henrietta qui reste introuvable. Je m’apprête à prendre mes jambes à mon cou quand le canard se pose sur mon épaule ….et là,  je me réveille en sursaut,  c’est Charles qui en sortant du lit a heurté la sellette faisant tomber la bonbonnière.  Quel rêve, nom d’’une pipe,  tu vois  Xavier je ne suis pas somnambule mais bon sang je me demande d’où j’ai pu sortir tout ça !  ” 

 

11 Réponses

  1. Ah certains rêves comment les expliquer… notre cerveau est un cinéma à lui tout seul, la nuit… 😉 bises

    J'aime

    28 septembre 2019 à 0 h 19 min

  2. Ces rêves, ils ont sûrement un lien avec ce que l’on vit ou avons vécu mais c’est si entremêlé parfois que nous y perdons notre latin, hélas ! Défi tout à fait bien relevé, Gisèle !
    Bon week-end,
    Bises♥

    J'aime

    28 septembre 2019 à 4 h 05 min

  3. ANNE GUILLARD

    Quel rêve ! 😁
    Bises et bon samedi

    J'aime

    28 septembre 2019 à 7 h 34 min

  4. Bonjour d’Angers !
    Les phantasmes sont prolixes en rêves tous plus … les uns que les autres …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    28 septembre 2019 à 9 h 19 min

  5. J’avais donc un jour d’avance pour poster mon texte et pour cause je ne pûblie pas samedi et dimanche
    Tu t’en es bien sortie avec ces mots
    hihi
    Bonne journée

    J'aime

    28 septembre 2019 à 9 h 22 min

  6. tien voilà un bout de temps que je n’ai pas fait de rêve
    bises amicales

    J'aime

    28 septembre 2019 à 9 h 33 min

  7. Ah ! quel rêve….Bon week-end. Bises

    J'aime

    28 septembre 2019 à 9 h 59 min

  8. Lydie Hanesse-Ancel

    quel rêve ! et quelle verve ! un grand bravo j’adore-
    bon samedi- bisous-

    J'aime

    28 septembre 2019 à 10 h 54 min

  9. Violette Wawerinitz-Ruer

    UN BEAU ET GRAND TEXTE DE CLÔTURE;
    BONNE FIN DE SEMAINE
    BISOUS

    J'aime

    28 septembre 2019 à 14 h 19 min

  10. A deux doigt d’aller commettre l’irréparable en rêve????? Bisous bravo

    J'aime

    28 septembre 2019 à 15 h 42 min

  11. Quichottine

    Je préfère que ce soit un rêve… je me demande comment il aurait fini si Charles ne s’était pas levé. 🙂

    J'aime

    1 octobre 2019 à 11 h 45 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s