Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Jeudi poésie

Pour ce jeudi poésie des croqueurs de mots un clic sur le logo.

Pour ce thème des vacances mon choix s’est porté sur la mer et c’est à Alphonse de Lamartine que j’ai demandé de nous en parler :

Résultat de recherche d'images pour "Le golfe de Gênes"

image prise sur le net ici

Le golfe de Gênes

Que j’aime à contempler dans cette anse écartée
La mer qui vient dormir sur la grève argentée,
Sans soupir et sans mouvement !
Le soir retient ici son haleine expirante
De crainte de ternir la glace transparente
Où se mire le firmament.

*

De deux bras arrondis la terre qui l’embrasse

À la vague orageuse interdit cet espace
Que borde un cercle de roseaux ;
Et d’un sable brillant une frange plus vive
Y serpente partout entre l’onde et la rive
Pour amollir le lit des eaux.

*

Là tremblent dans l’azur les muettes étoiles ;
Là dort le mât penché, dépouillé de ses voiles ;
Là quelques pauvres matelots
Sur le pont d’un esquif qu’a fatigué la lame,
De leurs foyers flottants ont rallumé la flamme,
Et vont se reposer des flots.

*

Le chêne aux bras tendus penche son tronc sur l’onde ;
Le tortueux figuier dans la mer qui l’inonde
Baigne, en pliant, ses lourds rameaux
Et la vigne y jetant ses guirlandes trempées,
Laisse pendre et flotter ses feuilles découpées,
Où tremblent les reflets des eaux.
*

La lune qui se penche au bord de la vallée,
Distille un jour égal, une aurore voilée,
Sur ce golfe silencieux ;
La mer n’a plus de flots, les bois plus de murmures ;
Et la brise incertaine y flotte à l’aventure,
Ivre des parfums de ces lieux !

*

Sur ce site enchanté mon âme qu’il attire
S’abat comme le cygne, et s’apaise et soupire

À cette image du repos.
Que ne peut-elle, ô mer, sur tes bords qu’elle envie,
Trouver comme ta vague un golfe dans la vie,
Pour s’endormir avec tes flots !

Et si vous ne l’avez pas lu, le texte que j’avais écrit pour le retour des vacances .

57

Longue    est    la   route   quand  sonne le  retour ,

Le    cœur    à    marée    basse,   en   transhumance

Ils  trainent  sur l’asphalte des derniers beaux jours.

Loin   de   la   ville   leurs   pensées   se   balancent

*

Au bord de l’estran où s’ébattent tranquilles

Les mouettes secouées par le vent frivolant .

Retrouver     encore     ce    moment   fragile

Où  leurs  yeux  ont  caressé  le  fier  océan,

*

S’envoler   au   dessus   des   gerbes  d’écume

Loin   de   la   ville,  de  ses rythmes agaçants

Ne serait – ce  que  l’espace d’un  bref instant.

*

Il ne leur faut  pas que des cornes de brume

Pour   sonner  le rappel des souvenirs vivants

Mais   regarder   bien  au delà  du  bitume .

GF 14/09/2017

52

Publicités

22 Réponses

  1. Je connais mieux son lac…ici aussi c’est de la belle écriture ! Ah les retours de séjour, on soupire déjà à l’été suivant, merci Jazzy, bises

    J'aime

    13 septembre 2018 à 0 h 22 min

  2. Excellente et double participation à relever ce défi, Gisèle !
    Bravo et bon jeudi !
    Bisous♥

    J'aime

    13 septembre 2018 à 3 h 38 min

  3. Martine Martin-Cosquer

    Comme C’est beau. Merci de ce partage : un petit bonheur du matin. Bisous

    J'aime

    13 septembre 2018 à 5 h 43 min

  4. Que c’est agréable de venir te rendre visite sur ces belles photos et écrits
    Merci
    Bonne journée

    J'aime

    13 septembre 2018 à 6 h 18 min

  5. Magnifique poème d’Aphone de Lamartine. Le tien, évoquant le retour de vacances n’est pas mal non plus et tes photos sont magnifiques. Merci Jazzy.
    Bises et bon jeudi

    J'aime

    13 septembre 2018 à 7 h 51 min

  6. Quel beau poème de Lamartine, poème que je ne connaissais pas. Quant à tes mots, ta poésie, elle chante :
    « Il ne leur faut pas que des cornes de brume

    Pour sonner le rappel des souvenirs vivants

    Mais regarder bien au delà du bitume . »
    J’aime beaucoup ces vers là.
    Bonne journée, Bisous Geneviève

    J'aime

    13 septembre 2018 à 8 h 58 min

  7. Bonjour d’Angers …
    Je rêve de visiter la Ligurie de Menton aux 5 Terres … Faut que je m’en occupe …
    Une de nos filles habite près de son château en Bourgogne Saône et Loire et à chaque fois … j’entends ce grand nom résonner …

    J’applaudis ton œuvre …
    Nous, nous pratiquons : routes pour l’aller et autoroute pour le retour … douleur aussi vive mais dure moins longtemps …
    Oui : «Longue est la route quand sonne le retour»
    Merci ! … Passe une bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    13 septembre 2018 à 9 h 22 min

  8. Très beau poème et belle poésie….merveilleuses photos…Bonne journée. Bises

    J'aime

    13 septembre 2018 à 10 h 16 min

  9. 2 très jolis poèmes et des photos à couper le souffle, une très belle page que tu nous offre aujourd’hui ( enfin comme d’habitude )

    J'aime

    13 septembre 2018 à 10 h 23 min

  10. trezjosette2

    ton sonnet et tes photos sont très parlantes de cette fin d’été
    Cinq Terre illustre parfaitement Lamartine…ils savaient bien évoquer la nature ces romantiques !

    J'aime

    13 septembre 2018 à 11 h 06 min


  11. Magnifique ta photo, golfe de gênes.
    Elle le dispute aux  » cinque terre  » la vivacité des couleurs.
     » Les mouettes secouées par le vent frivolant  » …… JKe peux te proposer une variante;
     » Les cayouckettes secouées par le vent frivolant  » ….
    Intéressant ta poésie, sur le rythme du bitume qui défi,e vers la maison d’entre deux vacances.
    Moi aussi, j’ai le mal de mer, cette année c’était trop!
    Du coup, j’erre dans le rayon poisson du Super U.
    Amicalement. Yann

    J'aime

    13 septembre 2018 à 12 h 31 min

  12. covixlyon

    Bonjour, Le temps des vacances bien évoqué, tant en photos que par ce poème de Lamartine. Celui du retour aussi avec ce parfum nostalgique.
    Bonne journée
    Bises

    J'aime

    13 septembre 2018 à 14 h 49 min

  13. Comme j’aime ce poème de Lamartine mais j’aime aussi le tien que j’avais lu et apprécié. Bisoussssss

    J'aime

    13 septembre 2018 à 15 h 13 min

  14. mireille du sablon

    …deux poésies dont un rappel d’une de tes créations, si agréable à lire..
    ah tes photos, je me vois encore en Bretagne…
    Bises du jour
    Mireille du sablon

    J'aime

    13 septembre 2018 à 15 h 15 min

  15. Bonjour Gisèle, j’aime beaucoup ce que tu avais écrit, le poème est aussi joli, bonne fin d’après-midi bisous MTH

    J'aime

    13 septembre 2018 à 15 h 28 min

  16. Sabine Cohen

    Magnifique le golf de Gêne, la photo, donne envie d’y aller

    J'aime

    13 septembre 2018 à 17 h 18 min

  17. Kimcat Béa Riot

    Magnifique billet poétique et photographique
    Bisous

    J'aime

    13 septembre 2018 à 18 h 26 min

  18. Bonsoir Gisèle
    Que dire ?
    deux poèmes magnifiques
    tu écris très bien j’adore wouaww et en plus une photographe hors pair
    bravo de nous enchanter par tout cela
    bonne soirée
    bisous
    LILI

    J'aime

    13 septembre 2018 à 18 h 42 min

  19. Tous ces articles et surtout tes belles photos me donnent envie de repartir à la mer !

    J'aime

    13 septembre 2018 à 21 h 08 min

  20. Pingback: In the Navy , in the Navy … défi 207, vos participations – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  21. Yvonne Anne

    Que de beaux écrits qui chantent la mer….Oui, là, j’ai vraiment envie d’entendre les vagues qui déferlent et sentir sur mon visage les embruns….
    Bisous , Jazzy.

    J'aime

    14 septembre 2018 à 21 h 12 min

  22. un bien beau poème sur cette image invitation à la contemplation ! bises

    J'aime

    20 septembre 2018 à 11 h 38 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s