Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Le dragon de Vincent

Josette ( clic)  à l’abri dans sa cachette  a pris la barre du bateau des croqueurs de mots ( un clic sur le bateau ) pour cette quinzaine et  nous propose :

Bestiaire : n. m.Ce mot a 2 significations. La première apparaît dès le XII ème siècle : c’est un recueil de textes consacrés aux animaux. La seconde est l’appellation réservée à un gladiateur de la Rome antique combattant les animaux. Paradoxalement, le mot n’apparaît en ce sens qu’au XIV ème siècle. C’est évidemment le premier sens qui nous intéresse,…

Quelques  lignes en vers ou en prose ayant pour sujet un être, un animal (Sirène, ondin,Licorne, dragon…) sorti de votre imagination.

 

 

IMGP0971

Comme vous le savez certainement la Lorraine jouit d’une riche tradition vinicole depuis l’antiquité romaine.  Mais au début du XXème une calamité s’abattit sur ses vignobles  comme partout en France, le phylloxera en ravagea une grande partie. Nombreux étaient les viticulteurs qui baissaient les bras, s’orientant  vers d’autres cultures ou vers la sidérurgie florissante  à cette époque. Contre toute attente,  la  petite parcelle de Vincent située à flan de coteau du mont St Quentin  restait miraculeusement intacte. 

Il  avait beau scruter minutieusement chaque feuille, il n’y décelait jamais  le moindre œuf de cet insecte piqueur.

File:Dactylosphaera vitifolii 1 meyers 1888 v13 p621.png

Il lui arrivait même de dégager  les racines   pour vérifier qu’aucune tache jaune n’apparaisse, preuve manifeste de ce suceur invétéré de sève  . Non, tout était rigoureusement normal. Un jour, alors qu’il revenait de son inspection, il entendit comme un étrange bourdonnement près d’un cep. Intrigué par ce bruit d’ailes en mouvement qui semblait se propager de pied en pied, il essaya d’identifier l’animal  mais à aucun moment il ne l’aperçut.  Il décida donc de partir à l’affût dès le lendemain à l’aube pour essayer de  le surprendre. Bien caché dans l’épais feuillage d’un marronnier qui bordait la parcelle, il attendit un bon moment avant d’entendre ce vrombissement caractéristique .

Il en resta bouche bée, la créature qui s’affairait dans la vigne sans se soucier de sa présence était ni plus ni moins une réplique miniature d’un  dragon . Tout comme lui elle possédait deux ailes membraneuses bien développées , une longue queue sur laquelle souvent elle s’appuyait  pour garder l’équilibre avec ses  deux pattes avant . Sa tête massive   s’apparentait à  celle de ces reptiles qu’on trouve dans l’île de Komodo .

Sans faire le moindre bruit Vincent sortit ses jumelles de sa poche pour mieux l’observer . De la gueule du dragon jaillissait comme une étincelle et tout juste après sa langue fourchue qu’il plaquait sur la plante. Il répétait l’opération de nombreuses fois puis passait à un autre pied .  Visiblement il se nourrissait des insectes ravageurs, ne leur permettant jamais de s’installer à demeure.

Vincent n’en revenait pas, ce serpent volant n’était plus une calamité comme avait pu l’être, en d’autres temps, le Graoully jusqu’à la venue de St Clément, mais une aide précieuse et un collaborateur fort efficace . Ce qu’il ignorait c’est qu’il appartenait bien à la famille de créatures qui occupaient autrefois les souterrains de  l’amphithéâtre de Metz.  Mais en traversant la  Seille sa physiologie avait complètement changé, sa taille avait fortement diminué et  il avait perdu  son appétit pour la chair humaine. Ayant trouvé dans les vignes le gite et le couvert, il s’y installa définitivement en évitant soigneusement  les hommes.

Vincent ,qui par ailleurs exerçait la profession d’ébéniste, ne dit mot de cette rencontrer à personne et se garda bien de retourner l’épier , il préféra  rendre hommage à ce gentil dragon qui lui  permettait  de toujours  livrer un excellent vin de messe aux curés du canton .  Quand il eut à honorer le chantier de la toute nouvelle chapelle de la commune, il  sculpta l’animal dans l’un des arcs en bois de la décoration intérieure parmi  les feuilles et fruits du marronnier. A l’heure actuelle il y trône toujours en bonne place .

P9210994

 

 

28 Réponses

  1. Et bien tu nous en diras tant… miraculeuse créature, sauveuse de vignoble, alors oui ça valait bien une sculpture dans cet endroit, là où monsieur le curé débouche son vin de messe 😉 merci, bises

    J'aime

    11 novembre 2019 à 1 h 15 min

  2. Quel bel hommage rendu, en effet et qu’il demeure encore, c’est super !!!
    Bravo Gisèle !
    Bonne semaine,
    Bises♥

    J'aime

    11 novembre 2019 à 3 h 26 min

  3. martinemartin85

    Une belle sculpture qui t’a inspiré un compte que j’ai beaucoup aimé lire même si les dragons et moi mais celui-ci est miniature et fort sympathique. Bisous

    J'aime

    11 novembre 2019 à 5 h 23 min

  4. ANNE GUILLARD

    Comme quoi, les dragons ne sèment pas tous la terreur ! Le tien à été très utile pour préserver cette vigne du phylloxéra. C’est une belle histoire et tes photos sont superbes.
    Je reviens sur les blog en pointillé. Bises et bon début de semaine

    J'aime

    11 novembre 2019 à 7 h 15 min

  5. superbe texte bises

    J'aime

    11 novembre 2019 à 7 h 28 min

  6. Brigitte WEGMANN

    une belle légende ..

    J'aime

    11 novembre 2019 à 8 h 11 min

  7. J’ai beaucoup apprécié cette histoire. Bonne journée. Bises

    J'aime

    11 novembre 2019 à 8 h 29 min

  8. Bonjour d’Angers !
    Toute une histoire ce Graoully ! …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    11 novembre 2019 à 9 h 33 min

  9. Merci pour ce billet instructif
    Bravo

    J'aime

    11 novembre 2019 à 9 h 40 min

  10. Une belle histoire j’aime beaucoup
    bises amicales

    J'aime

    11 novembre 2019 à 10 h 01 min

  11. Yvonne Anne

    Une belle histoire de dragon…Voilà un mini Graoully inoffensif et efficace.
    Bon lundi .Bisous.

    J'aime

    11 novembre 2019 à 11 h 26 min

  12. Le gentil dragon méritait bien une sculpture qui de plus est très jolie

    J'aime

    11 novembre 2019 à 14 h 30 min

  13. ABC

    Un bel hommage à ce dragon bienfaiteur, c’est une surprenante histoire qui réconcilie l’homme au dragon !!!

    J'aime

    11 novembre 2019 à 15 h 06 min

  14. Que se soit la sculpture ou la vigne tout cela t’as inspirée bravo belle imagination……ou est-ce réel? Mystère plane. Bisous

    J'aime

    11 novembre 2019 à 15 h 09 min

    • Non , non inventé de toutes pièces . Par contre le Graoully lui fait entièrement partie de la légende Messine .

      J'aime

      11 novembre 2019 à 15 h 13 min

  15. C’était du bio avant l’heure, pas besoin de traiter le dragon s’en occupait des intrus tueur de vigne.
    Il y a eu le même problème ici, il parait qu’il y a eu des vignes aussi.
    Bonne semaine.

    J'aime

    11 novembre 2019 à 15 h 59 min

  16. Un joli petit dragon qui a bien aider Vincent.
    Bravo pour ton histoire
    Biz

    J'aime

    11 novembre 2019 à 16 h 10 min

  17. oups ! « a bien aidé » c’est mieux !!

    J'aime

    11 novembre 2019 à 16 h 10 min

  18. trezjosette2

    j’aime beaucoup ton histoire avec ce petit descendant du Graoully qui protège les vignes du Seigneur !
    merci Jazzy j’apprécie aussi ton illustration dans cette chapelle
    Bonne soirée
    Merci et Bises

    J'aime

    11 novembre 2019 à 17 h 44 min

  19. Grâce à ce petit dragon sauveur de sa vigne Vincent fait honneur aussi au patron des vignerons : St Vincent. Bien imagée ta petite histoire, j’ai bien aimé.
    Bonne soirée, bises @.

    J'aime

    11 novembre 2019 à 20 h 23 min

  20. Magnifique texte et image, Gisèle, j’aime bcp !
    Bisous

    J'aime

    11 novembre 2019 à 21 h 19 min

  21. Pingback: Défi 226, vos participations – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  22. Quelle belle histoire ! Cela donne une autre image du dragon qui fait peur d’habitude! Bonne journée

    J'aime

    12 novembre 2019 à 9 h 18 min

  23. Quelle ravissante histoire à partir de cette bien belle sculpture ! bises

    J'aime

    12 novembre 2019 à 18 h 10 min

  24. Coucou Gisèle, ravie d’être dans la confidence ! Captivante histoire de Vincent et son petit dragon de la famille du Graoully, bravo et merci pour le plaisir de lecture, gros bisous.

    J'aime

    12 novembre 2019 à 19 h 08 min

  25. Anne

    Une légende ou un rêve ? Plus besoin de pesticides et d’insecticides si des milliers de petits dragons comme celui-ci venaient au secours de nos cultures. Quelle aubaine ce serait pour notre planète ! Bisous

    J'aime

    13 novembre 2019 à 12 h 39 min

  26. eglantine36

    comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences ! une belle histoire que tu nous racontes là ! bisous

    J'aime

    16 novembre 2019 à 8 h 44 min

  27. Quichottine

    C’est une belle histoire… j’aime beaucoup.
    Merci pour ta page, Jazzy.
    Bises et douce journée.

    J'aime

    23 novembre 2019 à 12 h 13 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s