Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “paysage

jeu des acrostiches

MAGAZINE ! Le mot n° 5 au jeu des acrostiches  en attendant Jill

Pour le jeu des acrostiches chez Lénaïg un clic sur le logo . Pour cette semaine le mot est magazine .

M   ultiples  sont les  sujets traités dans leurs pages

A    vec des mots,  des photos,  point   de  frontière

G   randes      échappées      partout     sur   la terre

A ventures    en   tous   genres,  superbes  paysages,

Z en,    inutile    de   se   rendre    à   l’embarcadère,

I l   suffit   juste   de   se  laisser porter par l’image.

N ous  sommes conviés aussi  à  toutes les premières

E t   pouvons    assister    à    tous    les  vernissages .


Jeudi poésie

Laura à la barre des croqueurs nous propose le thème paysage pour ce jeudi poésie ,

J’ai choisi de rééditer un ancien  poème en le modifiant quelque peu  .

64 bis

O   ndoyante    mélopée   de  brume,

C        aresse     l’horizon   incertain,

E         tirant   ses  lueurs   d’écume,

A      u  bord   de   l’éclat  adamentin

N     aturel    du   jour  qu’il  rallume .

*

O celles  d’or  sur  la  vague  se posent, 

C  herchant les ailes de la nuit papillon 

E   garées ,   dans    le   ciel   d’illusion 

A  rdente , que le crépuscule propose,   

N  oir  en  attente  d’un juste abandon 

*

O         ublie    toutes   tes  certitudes 

C            ueillies  au  fil  de  l’habitude 

E            t  tu  pourras  le  comprendre

A   vec  ton  cœur, saisir  les  méandres

N   oués   à   son  âme et à   ta solitude.

Gisèle F 5/04/2018


Jeudi poésie

Pour cette 200 ème édition des croqueurs de mots Durgalola est à la barre et nous propose d’ouvrir un livre de poésie et de mettre le poème de la page ouverte .

En ouvrant “les fleurs du mal” de Charles Baudelaire, je suis tombée sur paysage dans les tableaux parisiens .

IMGP8474

Paysage

Je veux, pour composer chastement mes églogues,
Coucher auprès du ciel, comme les astrologues,
Et, voisin des clochers, écouter en rêvant
Leurs hymnes solennels emportés par le vent.
Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde,
Je verrai l’atelier qui chante et qui bavarde ;
Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité,
Et les grands ciels qui font rêver d’éternité.

*
Il est doux, à travers les brumes, de voir naître
L’étoile dans l’azur, la lampe à la fenêtre,
Les fleuves de charbon monter au firmament
Et la lune verser son pâle enchantement.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes ;
Et quand viendra l’hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féériques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d’eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l’Idylle a de plus enfantin.
L’Émeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre ;
Car je serai plongé dans cette volupté
D’évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon cœur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère.


jeudi poésie

Pour le défi des croqueurs de mots capitaine Durgala à la barre un clic sur le logo.

“Les sites les plus beaux ne sont que ce que nous en faisons.

Quel homme un peu poète n’a dans ses souvenirs un quartier de roche

qui tient plus de place que n’en ont pris les plus célèbres aspects

des pays recherchés à grands frais !”(Honoré de Balzac).

P8270591

10 mots proposés , 3 à caser .

bagage, voyage, nuage, sage, paysage, caravane, train, vélo, avion, bateau.

****

La nuit des solitudes  se vit chicane,

Sur un nuage de mots brisés, la cage

Se referme sur un désir qui se fane.

Laisse toi gagner par l’âme du voyage !

*

Quand les étoiles au creux de tes mains sages

Glissent  sur ton visage  en caravane

Prépare ton bagage,  prends ta bécane,

L’âme du fleuve  joue dans  le paysage.

*

Sur l’arc improbable des heures, l’ ombrage

Passe la main au soleil en filigrane,

Libérant la poésie sans ambages .

*

Un bateau t’attend loin des murs d’ obsidiane

La rive  devient dune ,  puis  sans naufrage 

Tu files sur l’aile de l’avion qui plane .