Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “yeux

Jeudi poésie

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Jeanne Fadosi (un clic) est à la barre des croqueurs de mots ( clic sur le logo) pour la quinzaine et nous propose comme thème le blason à savoir un poème sur  une partie de la tête ou du corps humain . J’ai pensé rediffuser  la chevelure  (clic ici ) et j’ai finalement  choisi ce poème de Charles Baudelaire.

P7264351

 

Les yeux de Berthe

*

Vous pouvez mépriser les yeux les plus célèbres,
Beaux yeux de mon enfant, par où filtre et s’enfuit
Je ne sais quoi de bon, de doux comme la Nuit !
Beaux yeux, versez sur moi vos charmantes ténèbres !

Grands yeux de mon enfant, arcanes adorés,
Vous ressemblez beaucoup à ces grottes magiques
Où, derrière l’amas des ombres léthargiques,
Scintillent vaguement des trésors ignorés !

Mon enfant a des yeux obscurs, profonds et vastes
Comme toi, Nuit immense, éclairés comme toi !
Leurs feux sont ces pensers d’Amour, mêlés de Foi,
Qui pétillent au fond, voluptueux ou chastes.


Au pays de Plumendélire

Oyez oyez bravs gens de plume...

Pour les croqueurs de mots Jeanne Fadosi ( clic sur le logo )  à la barre nous propose :

Un petit texte en prose incluant quelques expressions (3 ou 4) incluant* avec le mot œil ou le mot yeux, ça vous va ? C’est juste le défi que je vous propose pour lundi 8 octobre

PA063231

 

Au pays de plumendélire personne n’a pu fermer l’œil de la nuit, la musique battant son plein pour la fête d’automne. Ce matin ça saute aux yeux , Echaplume a bien du mal à mobiliser ses troupes  pour continuer à rendre grâce à sa majesté Phoebus qui ne s’est pas laissé intimider par Cumulus , Nimbus et consort  . Il a beau faire les gros yeux quand il croise un passant, celui -  ci hésite à entrer dans la danse .

PA063234

“Epoussetout” , la seule à avoir gardé les yeux en face des trous , passe  consciencieusement  son plumeau sur tous les bipèdes  rencontrés,  comme s’ils pouvaient avoir le mauvais œil.

On ne sait jamais dit – elle le mal peut se cacher dans les moindres replis du tissu et prendre possession de leur âme . Il se murmure en effet qu’un crime  vient d’avoir lieu en plein milieu du jardin des courges .

PA063197

à vue d’œil “ , le guetteur officiel, qui a grandi bien plus vite que les champignons cette année, se doit d’avoir l’œil sur tout ce qui bouge et il ne tarde pas à apercevoir la suspecte.  Comme si de rien n’était, la mante religieuse  déambule sur la palissade métallique. Mais  personne ne peut tromper la vigilance  du guetteur, la silhouette de la mante a bel et bien changé, un renflement abdominal des plus révélateurs .

PA063203

 

Vamp hors pair  elle a fait les yeux doux à  un male qui s’attardait dans les environs , bien sur il a  fini par succomber à ses charmes mais voilà elle a eu les yeux plus grand que le ventre et maintenant  a du mal à le digérer ……

 


L’amour, ……

 

chez-assoula_114457085

Pour l’atelier d’Assoula un clic sur le logo

P2050012P2050014

L’amour , je l’ai toujours vu dans les yeux de mes parents pour l’enfant que j’étais et pour l’adulte que je suis devenue même si mes choix et projets de vie ne correspondaient pas tout à fait au futur qu’ils auraient souhaité pour moi .  Je l’ai retrouvé aussi récemment dans  les lettres quotidiennes que papa envoyaient à maman depuis leur rencontre et pendant  les mois qui précédèrent leur mariage .  Bien au delà de cet échange  épistolaire ils ont su tous les deux conjuguer ce verbe aimer à tous les temps pendant de longues années, fêtant même leurs noces de palissandre  . 

J’ai eu  envie aujourd’hui de partager avec vous  une de ces nombreuse lettres  .

imgp9186

“Ma chérie,

Hier, dimanche la journée m’a paru terriblement longue encore et je me suis couché après midi pour rêver à toi et être en ta compagnie.Cela s’est produit d’ailleurs mais je ne sais pas si je rêve tout éveillé ou endormi. Avec cela le temps était encore plus mélancolique moi. Le vent semblait chasser l’été et le ciel était sale comme s’il eût été noirci au charbon . J’avais même eu l’intention de t’écrire mais cela prenait un aspect trop matériel et c’est si bon de laisser vagabonder son esprit vers celle qu’on aime , de vivre des heures délicieuses malgré qu’elle soit éloignée de soi ……

Toi seule as su regarder comme moi les étoiles avec mélancolie en me pressant la main doucement pendant les nuits claires de Clerlande, parce que tu m’as compris des le premier instant que j’ai mis ta main dans la mienne en revenant de la terrasse le premier soir où j’ai senti que nous serions l’un à l’autre pour toujours . Rappelle toi chérie, nous revenions doucement et sous des paroles banales, lorsque nous descendîmes les quelques gradins de pierre nous conduisant aux baraques du centre, nous aurions désiré tous deux prolonger ces moments délicieux où nous ne parlions pas mais où nous nous comprenions si bien !

Ma chérie , je voudrais déjà t’avoir à moi tout seul et sans que tu sois accaparée à tout moment par les uns et les autres…aussi c’est avec impatience que j’’attends l’instant où je pourrai te dire de vive voix je t’aime , je t’aime , nous sommes enfin réunis…nous allons être heureux . “

Papa , maman vous me manquez toujours autant .


Il y a des yeux qui …..

Pour le dico citations de Domi dans l’annuaire pour les nuls, nous en sommes à la lettre y

 

 Je n’ai  pu m’empêcher de choisir les yeux,  même si un tour en yacht ne m’aurait pas déplu, mais je voulais m’attarder sur les yeux au travers de  plusieurs citations et par le biais de plusieurs artistes

 


The Eye, 1945
Salvador Dali

 

Salvador Dali m’a toujours impressionnée par sa vision des choses  ,  les yeux il les a déclinés de bien des façons, je vous en propose juste quelques versions

dali-salvador-1904-1989-spain-les-yeux-surrealistes-2320487 dali

 

“Il y a des yeux qui reçoivent  la lumière , il y a des yeux qui la donnent “ Paul Claudel.

Comment ne pas penser non plus à ce que nous dit Victor Hugo en regardant les yeux de ces femmes sous le pinceau d’Odilon Redon, de Georges de  la Tour, de Léonard de Vinci .

“ Quand une femme vous parle, écoutez ce qu’elle vous dit avec ses yeux “ Victor Hugo

 

pix

folie1 Georges_de_La_Tour_027 joconde-b

 

 

Mais laissons donc la parole à Sully Prudhomme pour choisir sur la palette des mots , la bonne couleur pour les peindre .

 

Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.
Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d’ombre.
Oh ! qu’ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n’est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu’on nomme l’invisible ;
Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n’est pas vrai qu’elles meurent :
Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l’autre côté des tombeaux
Les yeux qu’on ferme voient encore.

 

 

Continuons avec cette cette citation que je trouve particulièrement pertinente et que j’illustrerai avec le Greco

“ l’âme n’aurait pas d’arc en ciel si les yeux n’avaient pas de larmes “ John Vance Cheney

 

lagrimas_san_pedro_detalle_mcu.jpg_1306973099 Saint Pierre Greco

 

“ le cinéma ce n’est rien d’autre en fait que de pouvoir lire l’âme de quelqu’un juste en  regardant ses yeux”  Glenn Close

J’ai voulu en savoir un peu plus sur l’auteur de cette citation , si, si vous la connaissez que ce soit à la télévision ou au cinéma , souvenez vous la superbe Marquise  de Merteuil dans “les liaisons dangereuses” de Stephen Frears  avec John Malkovich ( le vicomte de Valmont) et Michelle Pfeiffer (madame de Tourvel) ou dans la série “Damages” dans le rôle de Patty , avocate aux dents longues .

liaisons-dangereuses-88-18-g 20022878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Qu’ils sont beaux ceux que chante Aragon dans ce superbe poème .

 

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

À l’ombre des oiseaux c’est l’océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L’été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l’azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluie
Le verre n’est jamais si bleu qu’à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L’iris troué de noir plus bleu d’être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le cœur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d’un firmament pour des millions d’astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L’enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l’averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d’août

J’ai retiré ce radium de la pechblende
Et j’ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa

Louis Aragon

“ Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes “ Louis Aragon

Je vous laisse pour finir ( mais j’ai bien du mal à ne pas en parler encore ) la version musicale de la citation précédente, je ne me lasse jamais quand Ferrat chante Aragon .