Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Jeudi poésie

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots, Lenaig à la barre un clic sur le prénom

J’ai choisi un poème de Guy Cadou qui nous fait prendre conscience de cet ici et ailleurs sur lesquels la poésie doit s’appuyer .

P8020775 

Dans le train bleu qui roule à vide

Quelque part dans le matin

Au petit hôtel de la plage

Abandonné de la Toussaint

* 

Le long d’un fleuve large et triste

sur les canaux de la banlieue

Dans la ruelle qui résiste

A l’air qui monte mélodieux

*

Au fond d’une entrepôt de rêves

Et plus loin encor sur les claies

D’un soleil rouge qui soulève

Un ménage de roitelets

*

Je me sens vivre je dépare

La pauvreté de cette vie

Je suis riche comme un avare

Qui n’est riche que d’autrui.

Publicités

13 Réponses

  1. Bravo Jazzy, un très beau poème pour illustrer cet ici et cet ailleurs. La photo est magnifique.
    Bises et bon jeudi

    J'aime

    11 mai 2017 à 18 h 20 min

  2. ocgall

    Bonjour d’Angers … (ville où il fait bon vivre) …
    Oui ! Sûrement ! …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    Dans un environnement qui ne cesse de s’assombrir, “Heureux les esprits fêlés car ils laissent passer la lumière” ! …

    J'aime

    11 mai 2017 à 18 h 20 min

  3. Beau poème. J’aime les voyages en train. Bisous.

    J'aime

    11 mai 2017 à 18 h 39 min

  4. Très joli poème et superbe photo…bonne soirée

    J'aime

    11 mai 2017 à 18 h 40 min

  5. Assez surprenant ce poème dans son écriture.
    Un peu façon oxymores, des idées des mots s’opposent,
    à la façon d’un ici, et d’un ailleurs.

    Riche comme un avare, on pense sa richesse dans une cassette, et là, il
    délocalise, la richesse, c’est l’autre.

    Parait que notre nouveau président sait faire, entendu dans une émission pas trop suivie.
    Il donne à son interlocuteur, le sentiment d’être en empathie, d’être le plus important ndu monde,
    un truc comme ça. Pourvu que ce ne soit pas qu’une impression.

    Merci pour ta participation aux mots, Compostelle, et juste le récit que tu lis actuellement.
    Un hasard, transmission de pensée ?
    À tantôt. Yann

    J'aime

    11 mai 2017 à 18 h 46 min

  6. Un très bon choix Gisèle ! J’♥ !
    Bravo et bonne soirée !
    Bisous♥

    J'aime

    11 mai 2017 à 19 h 39 min

  7. trezjosette2

    voilà qui donne des envies de partir voir si à Yeur* le temps est meilleurs !
    * Yeur se trouve ches Quichottine !
    bonne soirée jazzy

    J'aime

    11 mai 2017 à 19 h 40 min

  8. Bonsoir Jazzy, partout où la vie va on est riche de notre voyage sur terre, en somme… merci, bises

    J'aime

    11 mai 2017 à 20 h 00 min

  9. bonsoir Gisèle, très beau poème. Bisous MTH

    J'aime

    11 mai 2017 à 20 h 46 min

  10. covixlyon

    Bonsoir,
    Un beau poème qui illustre bien l’évasion, le voyage, même simplement avec lmes mots.
    Bonne fin de semaine
    Bises

    J'aime

    12 mai 2017 à 16 h 10 min

  11. Pingback: Vos participations au défi 186 mené par Lénaïg : La tête ailleurs – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  12. Bonjour Gisèle, je découvre ce poème magnifique, merci beaucoup, gros bisous.

    J'aime

    15 mai 2017 à 10 h 44 min

  13. Un bien beau poème d’un poète et résistant que l’on connait trop peu. Automne est l’un des premiers poèmes que j’ai appris à l’école en CE1. bises

    J'aime

    16 mai 2017 à 16 h 16 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s