Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “lumière

des lettres pour un mot mystère

uz2811_OTPvReKha0IzQQFJpvh4@250x147

Pour “des lettres pour un mot mystère” chez Lilou un clic sur le logo

Le mot mystère à trouver : imperscrutable : qui ne peut être examiné attentivement .

Les anagrammes sont soulignées dans le texte .

 

IMGP7423

 

Quand    l’ambre   sublime   la   matière

Que  le  sable  du  temps  cruel capitule

Que s’éclipse par miracle sans préambule

Toute  aspérité d’un bitume sans lumière

*

Alors l’oiseau sans trembler prend place

Cueillant en récital la moindre particule

D’un blues où  la plume  en cœur bascule

Dans un autre univers épris de dédicace

*

Avec les craies de l’instant précaire 

Au diapason d’un ciel imperscrutable

Il éclaire sa portée  d’atmosphère.

7/06/2020

P5244584 

Bonne fête des mères à vous toutes


Haïku et senryu chez Lenaïg : thème ornements et lumières de fête

Tempête, nouveau thème de haïkus - Lenaïg

Pour haïku et senryu chez Lenaïg un clic sur le logo .

PC070287

 

Ronde nocturne

Dans le ciel de décembre

La roue voit rose 

 

 

PC070288

 

Tout illuminé  

Au parfum de l’enfance

Mon joli  sapin 

 

PC020243

  Vaisseau lumière 

La lanterne du bon  Dieu

accroche les cœurs

 

PC020169

 

Le rouge est mis

De quoi perdre la boule

Terre en sursis


Lundi soleil

ob_d853f5_logo-lundi-soleil-2019-small

Pour lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo.

Ma première idée était de vous montrer “Lumina” le photophore réalisé par les maitres verriers de Meisenthal pour les 800 ans de la cathédrale , oui mais voilà,  les 400 exemplaires numérotés  se sont vendus en une heure de temps et je suis arrivée trop tard .

Qu’à cela ne tienne, je vous propose une autre mise en lumière de notre “lanterne du Bon Dieu “ avec un petit clin d’œil au sentier des lanternes et à la grande roue qui jouxte la cathédrale .

PC020191

 

PC020208

 

PC020250

 

PC020184

Bon lundi à vous toutes et tous


Rendez–vous reflets

120119361

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Quelques reflets saisis au mois d’octobre  , la pluie prenant  un jour de rtt  j’en ai profité pour faire avec Volga un plus grand tour.

IMGP0024

Serpent fascinant

Sur la rivière  ondoie

Charme d’automne

*

IMGP0025

Point d’exclamation

Friture sur la ligne

dur de la feuille

*

IMGP0032

Phare émergeant

D’un poumon ocre et vert

lumière du jour 


1,3 seconde ….

Défi écriture no 52 Chez Ghislaine

Pour l’atelier 103 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots :

Chemin, élan, rapide, fatigue, perdre , planer, presser, allumer.. Ou  faire un texte avec au moins 5 mots se finissant par " ant ".

P8084358P8084352

Chemin faisant, en remontant mes billets, je m’aperçois que je ne vous ai pas encore montré le numéro 13 du parcours de Pierres numériques de Constellations. J’ai stoppé mon élan au numéro 11 la dernière fois que nous l’avons emprunté . Ce n’est pas la fatigue qui m’a dissuadée de poursuivre mais je ne voulais pas vous en parler de manière trop rapide . Pour le 12 que j’ai perdu en cours de route , rien ne presse , il me reste encore quelques séances de rattrapage d’ici la fin du festival .

P8084360

P8084341

Voici donc “1, 3 seconde” l’installation perceptive à découvrir à la basilique Saint – Vincent de Metz . Troublant ce titre non ? Cette durée correspondant au temps mis par la lumière pour faire le trajet entre la terre et la lune constitue la pulsation fondamentale imaginée et développée au cœur de la basilique. L’installation allume un espace temps tout à fait particulier  qui joue avec les limites de votre perception .  Parfois vous avez l’impression de planer à d’autres moments vous vibrez  avec ces  compositions sonores et lumineuses , des  pulsations qui vous attirent comme un aimant . N’étant pas arrivée au tout début du spectacle, je n’ai pas résisté à prolonger cet époustouflant voyage en restant dans les lieux pour une autre séance. Un grand  coup de chapeau   à Guillaume Marmin et au collectif Tetro A  pour cette œuvre  qui sublime l’architecture des lieux .

Un petit aperçu en vidéo de cette œuvre 

 

 


atelier 95 Ghislaine

Défi écriture no 52 Chez Ghislaine

Pour l’atelier 95 de Ghislaine les mots :  Soleil, fleur, vallée, saison, illuminer, laisser, attacher, lumière. ou thème le printemps.

P5130722

L aisse   donc  la  grenouillette *

E lle  est attachée  au printemps

*

P  etits    soleils   de   la   vallée

R  enoncules, fleurs de saison   

I  lluminent     jardins   et  prés.

N  aturellement,    le    bourdon 

T out     ébloui      de       lumière

E  pousera       chaque     bouton 

M  ille        unions       éphémères

P ourront    libérer    sans  façon

S a   poudre    d’or  sur  la  terre.

* grenouillette autre nom du bouton d’or qui peut s’appeler aussi fleur de l’impatience ou goblet du diable

IMGP9208 

 

 


Si ton âme est …..

 

Défi écriture no 71 .

Pour l’atelier 92 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots sont : reflets, matin, bord, chapeau, brise, jouer, mettre, emmener

ou le thème " couleur ".

P4010670

Si ton âme est chagrin

Qu’ au   bord  des  larmes

Tu   te   lèves  chaque   matin

Mets   un   chapeau sur  tes   alarmes

Elles se jouent de toi et ne sont que les reflets

Infidèles  d’un miroir  que  la brise du temps  a  bosselé

T’emmenant sur des chemins de traverses qui n’ont plus aucun charme.

Laisse entrer le vert de la forêt   dans ton ciel gris chafouin

Réchauffe toi au jaune soleil des fleurs de ton  jardin

Berce  toi  des  mots bleus  loin du  vacarme

Ouvre  ta  porte à  l’ambre  lumière

Alors finira l’angoisse blanche

de tout ce qui flanche 

Et désespère

 

 

       

 

 


à la nuit tombée

LE PETIT JEU DE LETTRES 192-

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau .

Le mot à trouver prosopopée : figure de style consistant à faire parler un animal, une personne absente, un mort , un être inanimé .

PB173547

Cette fois ci Perlin pinpin ne sera pas votre préposé à la narration , pas de prosopopée pour ce dimanche. Je ne suis pas opposée à lui laisser les rênes de temps à autre pour  les billets, mais là, nous  nous rendons au centre ville et je crains  fort que cela ne soit pas de tout repos pour le lapinou, mieux vaut pour lui les orées des bois.   Je vous propose donc de me suivre  à la nuit tombée quand la magie des lumières opère.  La première à se poser devant nous est celle de notre cathédrale, bien campée sur ses fondations pour dominer la ville . Puis bientôt nous découvrons en arrivant place d’Armes ,  la grande roue espérant attirer par ces feux stroboscopiques un grand nombre de passants .

PB173549

Mais cette fois ci je ne vous invite pas à entrer dans une des cabines mais à pousser la porte de la cathédrale .

PB173566

Surprise, seules quelques lueurs éclairent  la nef, celles des bougies et de quelques  suspensions . Les vitraux eux semblent s’enflammer au passage de la grande roue  comme vous  le remarquez sur cette vidéo.

Comme si le mystère envahissait d’un seul coup cet édifice, chaque voute semble différente,

PB173567

de quelque côté que le regard se tourne les repères changent et l’obscurité révèle un tout autre aspect de la nef et de ses vitraux  .

PB173564

Parfois les ogives prennent des formes bizarres sous cet éclairage particulier, on s’attendrait presque à ce que ce personnage révélé tienne des propos inquiétants, vous ne trouvez pas ?

PB173570

Tout ce que je vois n’est pas sans me rappeler le vertige des sens perçu dans les tableaux de l’exposition du centre Pompidou , vertige qui trouble les repères du jour et qui nous permet d’étranges rencontres .

 


jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Jeanne Fadosi ( clic) à la barre nous propose comme fil conducteur la vue et la cécité, la lumière et l’obscurité. J’ai choisi un poème de Louise Ackerman .

P8162662

De la lumière

 

Mehr Licht ! mehr Licht !
(Dernières paroles de Gœthe.)

Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre l’obscurité luttant avec effort,
Ah ! Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser le voile de la mort.

Nous, pour le proférer ce même cri terrible,
Nous avons devancé les affres du trépas ;
Notre œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C’est notre esprit qui ne voit pas.

Il tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre,
A chaque pas qu’il fait forcé de s’arrêter ;
Et, bien loin de percer cet épais réseau d’ombre,
Il peut à peine l’écarter.

Parfois son désespoir confine à la démence.
Il s’agite, il s’égare au sein de l’Inconnu,
Tout prêt à se jeter, dans son angoisse immense,
Sur le premier flambeau venu.

La Foi lui tend le sien en lui disant : « J’éclaire !
Tu trouveras en moi la fin de tes tourments. »
Mais lui, la repoussant du geste avec colère,
A déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton prétendu flambeau n’a jamais sur la terre
Apporté qu’un surcroît d’ombre et de cécité ;
Mais réponds-nous d’abord : est-ce avec ton mystère
Que tu feras de la clarté ? »

La Science à son tour s’avance et nous appelle.
Ce ne sont entre nous que veilles et labeurs.
Eh bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N’ont arraché que les lueurs.

Sans doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un peu de jour s’est fait où ses rayons portaient ;
Mais son pouvoir ne va qu’à chasser des ténèbres
Les fantômes qui les hantaient.

Et l’homme est là, devant une obscurité vide,
Sans guide désormais, et tout au désespoir
De n’avoir pu forcer, en sa poursuite avide,
L’Invisible à se laisser voir.

Rien ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans son âme et son sang il est enraciné,
Et le rêve divin de la lumière obsède
A jamais cet aveugle-né.

Qu’on ne lui parle pas de quitter sa torture.
S’il en souffre, il en vit ; c’est là son élément ;
Et vous n’obtiendrez pas de cette créature
Qu’elle renonce à son tourment.

De la lumière donc ! Bien que ce mot n’exprime
Qu’un désir sans espoir qui va s’exaspérant.
A force d’être en vain poussé, ce cri sublime
Devient de plus en plus navrant.

Et, quand il s’éteindra, le vieux Soleil lui-même
Frissonnera d’horreur dans son obscurité,
En l’entendant sortir, comme un adieu suprême,
Des lèvres de l’Humanité.

Louise Ackermann, Poésies Philosophiques

P8162658


Quand la vie …

Les Cabardouche ( clic ) à la barre des croqueurs de mots pour la quinzaine nous proposent d’écrire un poème à la manière de Jacques Prévert écrire un poème en conservant “quand la vie” et “chaque jour” mais en changeant les autres éléments .

dictionnaire_de_francais_de_poche_p1

******

Quand la vie est un roncier

Chaque jour est une épine

*

Quand la vie est un oiseau

Chaque jour est une plume

*

Quand la vie est un sourire

Chaque jour est un soleil 

*

Quand la vie est une dune

Chaque jour est un grain de sable.

*

Quand la vie est une prairie

Chaque jour est une herbe

*

Quand la vie est  musique ,

Chaque jour est partition

*

Quand la vie est arc en ciel

Chaque jour est une couleur

*

Quand la vie est un soleil

Chaque jour  est lumière

*

Quand la vie est un livre

Chaque jour  est une page

Chaque page est un regard,

Un murmure,  une vibration.

Gisèle F 25/01/2018    


Les rennes du père Noël

PC051119

Il n’y en avait que trois , il en manquait quelques uns à l’appel,   car vous n’êtes pas sans savoir qu’ils sont au nombre de 9 . J’ai bien cherché partout mais je n’ai pas vu Rodolphe, vous savez celui qui a le nez rouge pour guider le traineau quelque soit la météo . Il était peut être parti chercher le super lichen qui va permettre à toute l’équipe d’effectuer la formidable tournée qui les attend avec le père Noël .

Etait ce Furie, Tornade , Danseuse, ou bien Fringant, Comète , Cupidon, Tonnerre , en face de moi je ne sais mais en tout cas je suis sure qu’Eclair était là car  la lumière était bien présente .

Bonne journée à toutes et tous


Lundi soleil

Pour participer à lundi soleil , ce mois de décembre sous le signe de la lumière , un clic sur le logo.

Une lumière un peu particulière , évolutive , saisie au centre Pompidou Metz lors de l’exposition Japanorama ,  je vous laisse libre de l’interpréter comme vous l’entendez  .

IMGP8243IMGP8245

Bon lundi à vous toutes et tous


Lundi soleil

Pour participer à lundi soleil , ce mois de décembre sous le signe de la lumière , un clic sur le logo.

PB231020

Ma première lumière sera naturelle, celle du jour  à son lever, lors de ma première sortie matinale avec Volga.  C’est fou ce que l’autoroute parait proche avec le zoom . Le rose du ciel laissera bientôt la place à l’or à moins que comme hier dimanche la neige soit au rendez – vous .

Pour ma deuxième photo je vous emmène à l’intérieur de la cathédrale de Metz 

P9090908 Bien sur ce ne sont pas ces lumières qui ont donné son nom à la cathédrale, la lanterne de Dieu, mais bien les nombreux vitraux qui s’y trouvent . En voici quelques uns

P9090917

P9090909

 

P9090915

Bon lundi à toutes et tous


Lundi soleil

Pour ce lundi soleil de décembre chez Bernieshoot (clic ) nous faisons entrer la lumière.

PC021077

Il n’y a pas à dire notre lanterne du bon  Dieu a beaucoup d’allure dans son habit de lumière.

Tout comme la flèche du temple de garnison , même la pleine lune semble se plaire àce jeu d’ombres et de lumières.

PC021107  Bonne journée à toutes et tous


L’heure bleue et rose

 

PB191002

C’est l’heure de tous les possibles , celle des rêves bleus ou roses qui vous emmènent bien au delà des choses . J’ai découvert ce week – end cette animation fascinante grace à la chaire photonique de CentraleSupelec à Metz en compagnie de ma petite tribu  .Tout à la fois musicale et visuelle,  la lumière mène la danse à sa façon .

PB190999

PLATONIUM propose au public une expérience unique combinant art et sciences de la lumière (que l’on résume aujourd’hui sous le nom de "photonique"). Le centre de l’œuvre est une suspension monumentale rythmée par un spectacle son et lumière et installée sur la Place du Marché Couvert. 324 lamelles de tissu luminescent de couleur bleue suspendues à six mètres de haut se reflètent sur un miroir posé au sol. Tandis qu’une lumière magenta habille les façades du Marché Couvert.

Voici la petite vidéo prise sur place dimanche .

Bon mardi à toutes et tous


Dernier épisode

e2rk6tnhemwz0nyxes5s4ccnlpk350x300alphabet

Pour l’atelier de fée capucine et pour l’alphabet à thème de Domi un clic sur les logos

André Masson

“La bataille des insectes” André Masson

Dernier épisode de la guerre des insectes , Lambada la reine  de l’extermination,  exemplaire entre en piste . Dans la lumière insolente de l’été elle n’épargne aucun combattant , le marquant de son emblème , une double griffe en M, comme   mante majesté  .   Etape par étape elle réduit ses adversaires à l’impuissance , les lampions de la victoire c’est elle qui va les accrocher à son carnet de guerre   . Déjà les abeilles éplorées ont abandonné la partie, à tire d’ailes elles désertent le pays aux quatre –épices   . Dans  les iles proches , les scarabées se sont retirés et comptent leurs morts . Jusqu’où Lambada étendra – t -elle son règne personne ne le sait .


Quand la clarté jaillit ….

Pour l’atelier de fée capucine un clic sur le logo .

Lumière, éphémère, heureux, bleu, symbiose tombe, dresser, clarté .

P2170012

Quand    la   clarté  jaillit  en apothéose

D’un  ciel  éphémère  baigné  de lumière

Tombent le bleu et le rouge en symbiose

Heureux  présage   de  vérité  première

Où le rêve dresse l’esprit de  matière  . 

 

Une petite explication concernant la photo s’impose , lors de ma dernière visite au musée des Beaux Arts de Nancy, avant de voir l’exposition Friant ,  je n’ai pas résisté , j’ai ouvert la porte de la boite à lumières . C’est une installation de Yayoi Kusama ( pièce avec une infinité de miroirs et de lucioles sur l’eau ) appartenant au musée qui vous permet d’entrer carrément dans une autre dimension .

Yayoi Kusama est une artiste contemporaine  japonaise qui vit depuis 1970 dans un asile psychiatrique . Le centre Pompidou lui avait consacré une rétrospective en 2014 voir ici

La notion d’infini est un fil conducteur dans toute l’œuvre de Kusama. Les miroirs démultiplient l’espace, les pois colonisent l’espace sans limites et annihilent les frontières entre l’homme et son environnement, les échelles lumineuses n’ont ni début ni fin. Kusama combat le mal par le mal : les gestes minimaux, qu’elle répète systématiquement dans ses toiles, sont un remède pour soigner les obsessions hallucinatoires qui l’envahissent.

 

 


Sur le fil de l’eau …..

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots ( un clic sur le logo ) Domi à la barre . 

PB270066

Sur le fil de l’eau elle glisse

La magie   de  Noël

Doucement  complice

De nos cœurs arc – en -  ciel .

Attends, tu n’es plus dans le noir

Ton   ami   t’appelle

Clin  d’œil chargé d’espoir

Pour un bonheur  violoncelle.

Ecoute sa voix lumière

Peins  ta  vie en  couleurs 

Mêm’    en  pastel  éphémère

De    source     vive   en     lueurs.

 

Sois  le  magicien  de  ta  vie, 

Aujourd’hui bien plus qu’hier,

Ton âme d’enfant revit

  Au milieu de l’ hiver.

PB270067

 


Jeudi poésie

Pour les croqueurs de mots Jeanne Fadosi à la barre un clic sur le logo

PB270040

Nous irons tous les deux voir la nuit s’embraser

Quand   la  grande  dame  messagère   d’amour

Se  pare  de mill’  feux  dès  la tombée  du jour

Et   que   ses  flèches  vers  le  ciel  aiguisées

Scandent en cadence le mêm’ appel  toujours . 

PB270072

Nous  irons  tous  les deux  plus près des étoiles

Caresser    le     temps    souffle   de   lumière

Cueillir    l’  étincelle      que   le   ciel   dévoile

Sous     la     lave    d’un    mirage   éphémère

PB270084

Nous irons tous les deux plonger dans l’inconnu

En  dessinant les volutes d’   atmosphère

D’une cité en fête à l’instant suspendu .

PB270111

 


Jeudi poésie

 

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Durgalola à la barre je vous propose une petite participation en acrostiche et un poème de Tahar Ben Jelloun ( l’illustration est aussi de lui ) .

11872135_10207161137736605_3256859904258719543_o

V   ivre     sa    liberté    en    jetant    les     voiles

O ublier   le   temps   qui   braque    aussi   la   nuit

Y  eux    vers   le  ciel ,   suivre  sa    bonne   étoile

A    pprivoiser    le    silence     quand    il    s’enfuit

G  arder   son   âme   d’enfant  ,  peindre    sa  toile

E n couleurs d’eaux vives bercés d’ oiseaux de pluie.

Gisèle F 20/10/2016

 

13886997_10209779908804245_6316694913843024449_n

Mettre un peu de musique

Dans chaque toile

Un peu de lumière

Du matin

Des épices d’Afrique

Et de la soie de Chine

C’est le bonheur malgré tout

Dans le bruit du monde

Quelques gouttes de parfum

Qui n’a pas de nom

Juste de l’ambre ancien

Du musc précieux

Un peu d’étranger dans l’effluve

Du voyage et de l’amour

La couleur fait le ménage

Ne subsiste que des plumes  et des signes

Racontant l’histoire

Invraisemblable et pathétique

Du troubadour amoureux .

 

Tahar Ben Jelloun

PA190229


Merci Roby

Merci beaucoup pour cette magnifique sortie messine à bord du Solis ( bateau solaire )  à l’heure où le soleil se fait peintre , où la pierre de Jaumont se met à ressembler au miel   et  où doucement la fraicheur s’installe.

IMGP6404  Un véritable enchantement quand la lueur du soir caresse les ombres couchées , que le frisson du vent ourle les eaux de  Moselle le long des  murs changeants de la cité  .

 

IMGP6386

Le moulin des termes revit sous la caresse d’un soleil blond .

IMGP6380 

L’église St Vincent dresse ses tours jumelles à l’assaut d’un ciel bleu azur

IMGP6389 

En face les façades se parent des rires de l’onde .

IMGP6392

Certains édifices étincèlent sous les feux de la rampe 

IMGP6401

IMGP6365IMGP6366IMGP6371

Les ponts paradent au gré de la ballade .

Au fil de l’eau nous embarquons pour des contrées lointaines sous l’œil perçant de la tourelle  de guet de l’abbaye St Arnould

IMGP6407

 IMGP6408

Bientôt las de se languir, le crépuscule tombe et s’allume à son tour la lanterne de Dieu

IMGP6428

Merci  à vous tous pour cette superbe sortie, en amitié les bons moments  sont toujours plus intenses  .

 

coucou


Youpi enfin une belle journée

P6190133

Vous allez rire en voyant les photos que je vous propose.  D’aucuns pourraient penser encore !  n’en a – t – elle pas eu suffisamment de l’eau ?  Là, j’avoue en me rendant à vélo en ville, j’ai surpris ces jeux festifs je suis restée fascinée par les mouvements , les reflets, les jeux de lumière ombre et soleil dans la végétation , un réglage pour les fontaines dansantes sans doute , et j’ai demandé à mon appareil de les mettre en boite .

P6190141

P6190140

P6190142

P6190138

Visiblement la dame qui faisait le ménage dans le ciel samedi dernier en est venu à bout de ces cumulus et autres nimbus gorgés d’eau …

P6180015 Bon jeudi à vous toutes et tous , je vais essayer de passer sur vos blogs avant ce soir mais ce n’est pas gagné , l’emploi du temps est encore bien chargé aujourd’hui .

Bises


Langue de cumulus sur lit de lumière

top-chef

Pour participer à ce défi top chef de Domi  il vous suffit de cliquer sur le logo 

IMGP5793

Langue de cumulus sur lit de lumière .

Pour cette recette vous aurez besoin , non pas de Lyserg Säure Diäthylamid (je ne vous demande pas d’enfreindre la loi)  mais d’un minimum de patience pour chercher la bonne luminosité et le bon moment .

Munissez vous de lentilles si besoin , inutile de les laisser tremper celles là vous serviront à mieux apprécier la légèreté ou la langueur des volutes célestes.

Imprégnez vous du lieu ( non pas le poisson jaune ou noir qui n’a pas encore acquis à mon avis la capacité de voler ) .

Laissez la louche d’impressionnisme s’emparer de l’optique de votre appareil photo .

Retirez  bien entendu le cache pour une ode au soleil levant ou couchant c’est selon.

Libre à vous d’attendre que les formes dans le frémissement de l’atmosphère s’estompent .

Lentement libérez le déclencheur quand la langue en limaçon s’installe,  léchant le puits de lumière lactescent , plusieurs lames peuvent être enregistrées .

Votre recette est prête , lancez votre visionneuse sur votre ordinateur, je ne vous garantis pas de lauriers  mais la recette est savoureuse  .

Vous pouvez aussi continuer sans léser votre image ,  la  livrer aux filtres d’un logiciel , aucune  limite n’est imposée à votre imagination .

IMGP5793 - CopieIMGP5793 - Copie 2IMGP5793 - Copie 3

 

Et pour celles et ceux qui préfèrent du moins light je vous laisse cliquer sur cette recette de

lasagnes saumon et poireaux

Pour accompagner ce plat vous choisirez un vin blanc (, Chablis, Pouilly fumé, Quincy , Menetou Salon, Reuilly , Sancerre , Muscadet , Touraine .) ou resterez avec un litre d’eau,   mais bu avec raison ( là je sens que vous allez me demander Raison c’est qui ? ) l’alliance est à recommander .

Bon appétit

Bises


Bibiane

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

IMGP5467

B ibiane  en  photo ne connait pas la  panne,

I nconditionnelle   d’ombre  et de lumière, 

B  ondissant   tôt  le  matin   sur sa  bécane,

I  l   lui  faut  le  top  pour  la blogosphère, 

A  lors  elle  ne  néglige  jamais  la  banane, 

N  ‘est  ce  pas  la meilleure des  bannières, 

E  n  user c’est sur évite bien des chicanes. 

IMGP5487